Archive for février 2010

We are the world 25, l’art du remake

février 25, 2010

Sans faire de mauvais esprit à outrance, force est de constater que l’intervention humanitaire américaine à Haïti suite au tremblement de terre n’est pas totalement dénuée d’intérêt géostratégique, comme en témoigne cet article du sérieux Washington Post. Qu’il s’agisse de déploiement militaire, d’outils de diplomatie publique (le site 2010 Earthquake in Haiti) ou de prosélytisme des ONG religieuses, le dispositif de sauvetage d’Haiti par le grand frère américain force le respect.

Le remake, 25 ans après, du fameux « We are the world » s’inscrit dans ce contexte  de mélange de bons sentiments, de géopolitique et de buisness. Le clip réactualisé avec le gotha de l’entertainement américain est d’une étrange conformité par rapport à l’original. Une tradition, voire un rite, s’instituerait-il ?  Même image du melting pot américain, même métaphore du leadership américain sublimé par l’hymnodie, et pour tout dire même sentiment religieux et congrégationniste qui se dégage de ces plans hyper-redondants assez clairement inspirés du télévangélisme. Musicalement, il serait intéressant de comparer la facture musicale et textuelle de « We are the world » avec le répertoire musical de worship évangélique.

Trois éléments sont cependant à remarquer dans ce remake. En premier lieu, « l’apparition » de Mickaël Jackson comme figure tutélaire et inspiratrice, l’insertion dans le clip de plans enregistrés à Haïti où les victimes communient vocalement avec les stars américaines et enfin l’ombre tournoyante des hélicoptères des Marines dont on ne sait pas très bien si cette allégorie du hard power est là pour rassurer ou inquiéter.

Le Centre des musiques noires, collaboration franco-brésilienne

février 12, 2010

Une fois n’est pas coutume, une « année culturelle » laissera peut-être une trace pérenne sur le plan diplomatico-culturel. En effet, l’établissement du premier musée des musiques noires est annoncée à Salvador de Bahia pour décembre 2010.

Projet ambitieux et inédit, le Centre des Musiques Noires utilisera les dernières innovations technologiques. Dans ce musée sans objets, le contenu artistique sera présenté grâce à des installations sensorielles et interactives. Conçu de manière ludique, le Centre des Musiques Noires démocratisera l’accès à la culture, à travers la musique.

Intégré dans le Museu do Ritmo, le Centre des Musiques Noires proposera des salles d’exposition permanentes et temporaires, un Centre de recherche et de documentation en ligne, des cafés, restaurants, et des espaces de concerts et de conférences…

Le Centre des Musiques Noires est une coopération franco-brésilienne, sous l’impulsion de Mondomix, Carlinhos Brown (Pracatum) et l’Etat de Bahia avec le soutien du Ministère de la Culture du Brésil.

Dans le cadre de l’année de la France au Brésil, le Centre des Musiques Noires ouvrira ses portes le 12 novembre 2009 pour une exposition de préfiguration temporaire (de deux mois), présentant le projet en développement grâce à des installations multimédia.

Le Centre des Musiques Noires a pour objectifs de:

– Créer le premier Centre Culturel International Multimédia, sensoriel et interactif sur les Musiques Noires, accessible à tous les publics ;
– Mettre en valeur et diffuser le patrimoine musical, culturel et l’histoire des populations Noires de Salvador et du monde ;
– Dynamiser l’activité culturelle et touristique de la ville de Salvador ;
– Consacrer Salvador comme la capitale culturelle des Musiques Noires.