Archive for the ‘Interdiction de la musique’ Category

Afghan star, l’entertainement chez les Talibans

juin 2, 2010

Un documentaire saisissant et un cas extrême de re-territorialisation d’une forme médiatico-culturelle globale ou l’histoire de l’inculturation du radio crochet télévisé dans le bourbier afghan. Le film d’Havana Marking, se focalise sur quatre finalistes du concours télévisé de chansons et débute par la course de deux enfants en haillons, rentrant visiblement des champs, qui galopent pour rejoindre en retard un groupe de plusieurs dizaines d’enfants et d’adolescents agglutinés à un poste de télévision diffusant la fameuse émission « Afghan Star ».

Rien ne manque dans ces cinquante minutes pour illustrer à la fois l’absurdité de la situation, l’immense espoir déçu de la candidate délurée qui a risqué sa vie, au sens propre, sur un déhanchement un peu prononcé et une chevelure découverte, le kitch improbable des candidats, la ténacité des producteurs décidés, avec une naïveté touchante, à faire de la musique un ciment inter-ethnique, les Ulémas terriblement sourcilleux qui font pression sur Tolo TV pour interdire la danse à la télévision, la musique ayant été de nouveau autorisée en 2004 une fois les Talibans chassés des villes, l’humour des simples bergers dont « même les moutons » ont le ventre noué au moment de la finale, qui sera d’ailleurs suivie par le tiers de la population du pays, soit 11 millions de téléspectateurs.

Si le film n’évoque à aucun moment le modèle économique du concept basé sur le vote pas sms et numéros surtaxés pour le plus grand bénéfice de l’opérateur Roshan, ainsi que la procédure de désignation des vainqueurs qui semble assez peu contrôlée, ce documentaire demeure un témoignage très intéressant, et même à certains égards émouvant, de l’impact de la globalisation culturelle des formats télévisés occidentaux sur un pays très jeune (45% de moins de 14 ans, 17, 6 ans d’âge médian) marqué par des décennies de violence, ainsi que les déplacements produits par de telles formes culturelles dans le paysage religieux, ethnique, musical, sociologique et économique.

Ces qualités n’ont d’ailleurs pas échappé aux théoriciens de la diplomatie publique, puisqu’il a été présenté avec enthousiasme par l’ambassadrice Cynthia Schneider au symposium TEDglobal 2009.

(Royaume Uni , 2008, 52mn), www.afghanstardocumentary.com

ARTE, Date(s) de diffusion: Lun., 7. juin 2010, 09h15

Elton John privé de pyramides

mai 6, 2010

Les saillies récentes d’Elton John sur l’homosexualité supposé du Christ et son militantisme pro-gay ont eu raison de son prochain concert en Égypte programmé pour le 18 mai.

En effet, plusieurs médias (ici, ici et ici) rapportent que la direction de l’Union des musiciens d’Egypte (EMU), qui contrôle les autorisations des chanteurs étrangers de se produire dans le pays, a en effet estimé les opinions de Sir Elton incompatibles avec la mentalité de la République arabe. Son président Mounir al-Wasimi a ainsi justifié cette décision par le fait qu’«Un homosexuel qui veut interdire les religions, a clamé que le prophète Issa [le nom coranique de Jésus, ndlr] était homosexuel, et qui appelle les pays du Moyen-Orient à autoriser les gays à bénéficier d’une liberté sexuelle ne peut pas se produire».

Pourtant en 2008, Elton John s’était produit aux Emirats Arabes Unis sans difficultés. Le 26 mai, il doit participer à un festival à Rabbat au Maroc, il sera intéressant de voir l’attitude des autorités royales à ce sujet. (Mise à jour : Le concert a bien eu lieu devant 40 000 personnes).

Somalie, interdiction des cloches et de la musique

avril 15, 2010

Une dépêche AFP signale qu’un groupe d’islamistes radicaux somaliens, les shebab, a interdit aux écoles de la ville de Jowhar, à 90 km au nord de Mogadiscio, de sonner les cloches marquant le début des cours :

« La cloche qu’ils sonnent pour rassembler les élèves en cours est contraire à l’Islam. Nous savons que sonner les cloches est l’apanage des églises chrétiennes », a déclaré à la presse à Jowhar Cheikh Farah Kalr. Cette mesure, localisée, intervient deux jours après l’expiration d’un ultimatum lancé par un autre groupe d’insurgés islamistes, Hezb al-Islam, interdisant sur les radios de Mogadiscio toute forme de musique, jugée « maléfique ».

Ces deux groupes, qui contrôlent la quasi-totalité du centre et du sud de la Somalie et entendent instaurer un Etat islamique en Somalie sur les bases d’une interprétation très rigoriste de la loi islamique, la Charia.

Ces derniers mois, en divers endroits du pays, des habitants surpris en train de danser sur des musiques traditionnelles ont été fouettés, des hommes arrêtés pour avoir taillé leur barbe et des jeunes réprimandés pour avoir joué au football en short.

La télévision par satellite est proscrite dans de nombreuses régions tandis que les cinémas ont été fermés dans le centre et le sud de la Somalie.