Archive for the ‘Orthodoxie’ Category

Musique, activisme et révolution

août 11, 2012

A l’occasion de l’ampleur politique mondiale prise par la performance du groupe d’activiste russe Pussy Riot qui a réussi un des plus gros buzz de l’année, peut-être avec l’aide de quelques attachés de presse discrets, en se livrant à une « prière punk » anti-Poutine dans la cathédrale du Christ Sauveur, saint des saints de l’orthodoxie moscovite, Foreign Policy publie un papier intéressant sur les relations entre groupes musicaux et révolution.

Dans le cas des Pussy Riot, tout y est : angélisme des demoiselles activistes, énorme écho sur internet, discours violemment anti-Poutine, religion, blasphème, journée mondiale de soutien, inquiétude des démocraties, David Cameron, Madonna et Aurélie Filippetti… un vrai cas d’école.

Offrande musicale du patriarche Kirill Ier à Benoît XVI

mai 27, 2010

Alors que le rapprochement entre Église catholique et Patriarcat de Moscou progresse à une vitesse hors norme pour un dossier aussi complexe et historique que les relations entre Orthodoxie et Catholicisme, un concert en l’honneur de Benoît XVI a été offert par le patriarche de Moscou et de toutes les Russies, Kirill Ier jeudi 20 mai 2010, en la Salle Paul VI du Vatican.

Au début de la cérémonie, le métropolite Hilarion, responsable du Département pour les relations extérieures du patriarcat de Moscou, a lu un message de Kirill Ier.

L’Osservatore Romano en français du 25 mai 2010 publie une traduction de l’allocution prononcée par Benoît XVI à l’issue du concert.

Extraits du discours de Benoît XVI :

 »  […] J’exprime donc ma profonde gratitude avant tout à Sa Sainteté le patriarche Kirill. Je lui adresse mon salut le plus fraternel et cordial, en exprimant vivement le souhait que la louange au Seigneur et l’engagement en vue du progrès de la paix et de la concorde entre les peuples nous rapprochent toujours plus et nous fassent croître dans une harmonie d’intentions et d’actions. Je remercie ensuite de tout coeur le métropolite Hilarion, pour le salut qu’il a voulu m’adresser avec tant de courtoisie et pour son engagement oecuménique constant, en le félicitant pour sa créativité artistique, que nous avons eu l’occasion d’apprécier. Avec lui, je salue avec une profonde sympathie la délégation du patriarcat de Moscou, ainsi que les illustres représentants du gouvernement de la Fédération russe.

[…] Pour sceller cette occasion de façon véritablement exceptionnelle et suggestive, il a été fait appel à la musique, la musique de la Russie d’hier et d’aujourd’hui, qui nous a été proposée avec un grand talent par l’Orchestre national russe, dirigé par le maître Carlo Ponti, par le Choeur synodal de Moscou, et par la Chapelle des cors de Saint-Pétersbourg. J’adresse mes très vifs remerciements à tous les artistes pour le talent, l’engagement et la passion avec lesquels ils proposent à l’attention du monde entier les chefs-d’oeuvre de la tradition musicale russe. Dans ces oeuvres, dont nous avons eu aujourd’hui un aperçu significatif, est profondément présente l’âme du peuple russe et avec elle, la foi chrétienne, qui trouvent une extraordinaire expression précisément dans la Liturgie Divine et dans le chant liturgique qui l’accompagne toujours. En effet, il existe un lien étroit, originel, entre la musique russe et le chant liturgique: c’est dans la liturgie et de la liturgie que se libère en quelque sorte et prend son essor une grande partie de la créativité artistique des musiciens russes, pour donner vie à des chefs-d’oeuvre qui mériteraient d’être davantage connus dans le monde occidental. Nous avons eu aujourd’hui la joie d’écouter des pièces de grands artistes russes du xix et xx siècles, comme Moussorgsky et Rimski-Korsakov, Tchaïkosvski et Rachmaninov. Ces compositeurs, et ce dernier en particulier, ont su puiser au riche patrimoine musical et liturgique de la tradition russe, en le réélaborant et en l’harmonisant avec des sonorités et des expériences musicales de l’Occident et plus en phase avec la modernité. Je pense que c’est dans cette lignée que doit être située également l’oeuvre du métropolite Hilarion.

Dans la musique est déjà anticipée et se réalise donc d’une certaine manière la confrontation, le dialogue, la synergie entre l’Orient et l’Occident, ainsi qu’entre la tradition et la modernité. C’est précisément à une telle vision unitaire et harmonieuse de l’Europe que pensait le vénérable Jean-Paul ii, quand, re-proposant l’image, suggérée par Vjaceslav Ivanovic Ivanov, des « deux poumons » avec lesquels il faut recommencer à respirer, il souhaitait une nouvelle conscience des profondes racines culturelles et religieuses communes du continent européen, sans lesquelles l’Europe d’aujourd’hui serait comme privée d’une âme et marquée quoi qu’il en soit par une vision réductrice et partielle. C’est précisément pour réfléchir ultérieurement sur ces problématiques que s’est déroulé hier le symposium, organisé par le patriarcat de Moscou, par le dicastère pour la promotion de l’unité des chrétiens et par celui de la culture, sur le thème: « Orthodoxes et catholiques en Europe aujourd’hui. Les racines chrétiennes et le patrimoine culturel commun de l’Orient et de l’Occident ».