Archive for the ‘Propagande’ Category

Musique, activisme et révolution

août 11, 2012

A l’occasion de l’ampleur politique mondiale prise par la performance du groupe d’activiste russe Pussy Riot qui a réussi un des plus gros buzz de l’année, peut-être avec l’aide de quelques attachés de presse discrets, en se livrant à une « prière punk » anti-Poutine dans la cathédrale du Christ Sauveur, saint des saints de l’orthodoxie moscovite, Foreign Policy publie un papier intéressant sur les relations entre groupes musicaux et révolution.

Dans le cas des Pussy Riot, tout y est : angélisme des demoiselles activistes, énorme écho sur internet, discours violemment anti-Poutine, religion, blasphème, journée mondiale de soutien, inquiétude des démocraties, David Cameron, Madonna et Aurélie Filippetti… un vrai cas d’école.

Dance battle dans les rues d’Ebron

juillet 17, 2010

Dernier buzz en date, une dance party d’une patrouille israélienne dans les rues d’Ebron. Sur le hit Tik Tok de Ke$ha, six militaires israéliens se trémoussent assez maladroitement, filmé d’un balcon par un de leur co-religionnaire. Visionnée plusieurs millions de fois sur les différentes plateformes de videos en ligne, cette saynète débute cependant en fond sonore par un appel à la prière alors que la patrouille s’avance prudemment dans une rue déserte avant d’enchainer sur le tube et la chorégraphie volontairement grotesque des militaires. Cette blague d’éléments désœuvrés par la situation sécuritaire plutôt calme selon les portes-parole militaires, a cependant soulevé une vague de protestations au moment où sont rendus publics les résultats de l’enquête sur les conditions dans lesquelles la marine a lancé l’assaut contre une flottille étrangère faisant route vers Gaza, le 31 mai.

Alors que la notoriété de cette vidéo s’amplifiait dans la presse internationale, le sérieux quotidien Haaretz, s’est fait l’écho de l’image provocatrice donnée par les Forces de Défense d’Israël (IDF) et annonce des sanctions pour les militaires. Le Colonel Amir Abulafia, commandant de la brigade Benjamin aurait personnellement sanctionné les deux officiers responsables. Pourtant, les videos amateurs de militaires en opération associant musique et guerre, ne sont pas rares et l’on peut se demander dans quelle mesure elles ne participent pas à des opérations de déception de l’ennemi en soulignant par l’association paradoxale de la fête et des opérations armées la supériorité du morale des troupes du vainqueur et de l’occupant sur le vaincu. Israël brille depuis longtemps à ce sujet notamment par la mise en avant de la gente féminine militaire dans ces opérations de propagande en ligne sur le mode du mythe des Amazones.

Certes, moins meurtrière que des combats de rue, la video israélienne a connu une réplique par les palestiniens d’Ebron, cette fois sur un tube de Lady Gaga avec une variante chorégraphique, puisque le show ce termine par le mime d’une fouille au corps et d’une arrestation. De la contre-insurrection à la contre-danse, il n’y a qu’un pas !

Reprise des hostilités musicales entre les deux Corée

juin 2, 2010

Dans le cadre de la réponse à l’attaque de sa frégate coulée le 26 mars, selon toute vraisemblance par une torpille nord-coréenne, la Corée du sud a, symboliquement, décidé de reprendre ses opérations de propagande le long de la zone démilitarisée après un moratoire de six ans.

Des murs de hauts-parleurs (voir photo DR) ont donc été installés par l’armée pour diffuser au delà de la frontière la plus militarisée de la planète les programmes qui avaient fait les riches heures de la « guerre des mots » entre les deux Corée au début des années 80. Quatre heures quotidiennes d’émission sont donc diffusées depuis le 26 mai 2010 par la voie des airs et la bande FM. Les nord-coréens ont donc pu entendre quelques discours officiels mais surtout une des armes culturelles les plus aiguisées de la Corée du Sud depuis quelques années, à savoir des extraits de K-pop, courant musical désormais mainstream qui inonde toute l’Asie du sud-Est, notamment représenté dans ces programmes de propagande par le girl band 4minute et son tube « Huh« .

De son côté, la Corée du Nord n’est pas en reste sur le plan de la propagande musicale. Le récent documentaire « le socialisme en chantant » de Barbara Necek, François Théry et Paul de Jenlis, est parvenu dernièrement à réaliser un témoignage saisissant sur le rôle politique de la musique en Corée du Nord. Ce documentaire, absolument kafkaïen, montre, malgré la censure absolue (voir les coulisses du tournage) dont il a fait l’objet, l’utilisation tyrannique de la musique à des fins de contrôle des esprits.